Accueil flèche L’Association flèche Revue de Presse flèche Tourcoing : le transfert de l’Institut du monde arabe en passe d’être signé - Tourcoing - Nord…

Tourcoing : le transfert de l’Institut du monde arabe en passe d’être signé - Tourcoing - Nord Eclair
http://www.nordeclair.fr/info-locale/tourcoing-le-transfert-de-l-institut-du-monde-arabe-en-ia51b12892n855758

Le 22 septembre, les élus tourquennois se réuniront pour discuter de l’avenir de l’antenne de l’Institut du monde arabe (l’IMA), installée à l’Union depuis trois ans. Un groupement d’intérêt public va être signé pour que l’IMA ne soit plus une simple antenne et surtout qu’il s’installe en centre-ville. Décryptage.

1 Pourquoi ce changement ?

Quand, en 2012, l’IMA s’installe à l’Union, c’est l’aboutissement d’une réflexion entamée quatre ans auparavant. Avec un objectif : prôner comme à Paris le dialogue des civilisations. L’idée fait sens à Tourcoing comme à Roubaix, mais c’est une première. Avec prudence, élus et responsables de l’IMA décident alors d’une phase de préfiguration, jusqu’en 2014. Et si ça marche, Daniel Percheron, le président (PS) du conseil général, promet des travaux : « La Région fera l’effort du geste architectural », dit-il en novembre 2012, le jour de l’inauguration de l’antenne. Oui mais voilà, en 2014, si tout le monde est d’accord pour dire que la phase de préfiguration a été un succès, pour poursuivre son projet, l’IMA a besoin de plus de visibilité, et donc de déménager. Déjà interrogé en 2012 sur la pertinence d’installer l’antenne à l’Union, l’ancien maire PS, Michel-François Delannoy, avait expliqué : « Les premiers sont les pionniers, mais ici l’environnement bouge très vite ». Trois ans plus tard, l’Union n’a pas bougé aussi vite que ça. Après quelques soubresauts (Roubaix et Valenciennes étaient candidats), l’IMA va déménager dans l’ancienne école de natation de la rue Gabriel-Péri, dans le centre de Tourcoing.

2 Quand aura-t-il lieu ?

Sur le papier, le 22 septembre. À l’occasion d’un conseil municipal, les élus tourquennois vont délibérer sur la mise en place d’un GIP (groupement d’intérêt public). Une forme juridique qui encadre, par exemple, des pôles de recherches ou des centres universitaires. Le GIP sera cosigné par l’IMA (à Paris), le conseil régional, la MEL et les villes de Tourcoing et Roubaix. Ensuite, viendra le temps des travaux. Ils se feront en plusieurs tranches. La première est prévue pour fin 2016. Elle consistera à refaire la façade de l’ancienne piscine et à construire ce que l’on appelle, pour l’instant, la maison du projet. Ensuite, au terme d’une seconde tranche de travaux, verra le jour la version définitive de l’IMA.

3 Qui va payer ?

Pour ce qui est des travaux, ce sera la Ville et la Région. Pour la première tranche, la Ville devrait mettre 1,5million d’euros sur la table et la Région, 500000 euros. Pour le reste, l’évolution de l’antenne de l’IMA a été inscrite dans le contrat de plan État-Région à hauteur de 8 millions d’euros. Ensuite, le fonctionnement de la structure sera essentiellement financé par les membres du GIP (sauf Roubaix). La Région prendra 50 % de ses dépenses annuelles avec un plafond de 500000 euros, la MEL et la Ville 20 %, avec un plafond de 200000 euros chacune.

4 Qui va diriger le futur IMA ?

Le GIP sera administré par son assemblée générale et dirigé par un directeur (ou une directrice). L’assemblée générale sera composée des membres fondateurs du GIP (et donc d’élus) et de plusieurs personnalités. Enfin, un conseil scientifique et culturel viendra bénévolement épauler le GIP.

Percheron et Lang invités au conseil municipal

Le 22 septembre prochain, Gérald Darmanin a invité Daniel Percheron et Jack Lang au conseil municipal. Le premier car il est encore le président (PS) du conseil régional et le second car il préside l’IMA à Paris, dont dépend l’antenne installée à l’Union. Leur venue ne va pas déplacer les foules. Sauf que politiquement, c’est un joli coup. Car l’opposition de gauche va avoir du mal à dire non au projet…

Mais au-delà, il était essentiel pour le député-maire d’obtenir le GIP très vite. Non pas parce que l’IMA aurait pu lui échapper – si Roubaix s’est, un temps, penchée sur le dossier, elle n’a jamais manifesté le même enthousiasme – mais parce qu’il y avait urgence. Le maire a, en partie, traité le sujet directement avec l’ancien ministre de la Culture et a usé de tout son poids politique parce qu’il voulait qu’il soit ficelé avant… les prochaines élections de décembre.

De plus, s’il vient bien au conseil, Daniel Percheron pourra rappeler qu’il était à l’origine du projet avec Dominique Baudis, l’ancien président de l’IMA. Et que la boucle est bouclée.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2005-2019 © Bénévole au Grand Mix - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2